French English

sabine besnard2Une passion de toujours...

 

À l’âge où certains apprennent à jouer d’un instrument, j’ai demandé à apprendre à tourner.

J’avais treize ans environ et je suivais alors un cours particulier avec un enseignant des « Trois Soleils », à Lyon. J’ai commencé à apprivoiser la terre avec la technique du colombin, de la plaque…

À dix-sept ans, avec mon argent de poche, au lieu de m’offrir des chaussures ou des disques, je m’achète un tour à pied. Mon père m’installe un four au fond du jardin, à la campagne, où je fais mes premières cuissons au bois, des poteries flammées que je vends sur le marché de la création à Lyon.

 

Des rencontres...

sabine besnard4

 

... Avec mes professeurs et les élèves de à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg en section « plasticien surface », je découvre les techniques d’expression, de dessin peinture, de collage et de photographie.

Puis dessinatrice textile pendant 4 ans, je côtoie le monde de la mode et de la décoration et leur propose mes créations en jouant avec les couleurs et les matières.

... Avec des potiers :

  • Yves Gaget, mon voisin potier en Isère pour les belles lignes de ses vases et saladiers.
  • Brigitte Moron, et ces belles pièces en raku, en Ardèche.
  • Le tour ne s’oublie pas mais pour retrouver les bons gestes Guy Elliche et Christian Boaretto, enseignants à la cour Roland, m’ont bien aidée.
  • Rizü Takahashi, céramiste japonais me pousse vers de nouveaux gestes, de nouvelles formes, un autre regard sur la céramique cuite dans un four anagama.

 

sabine besnard3Des sources d'inspiration...

 

 Avec le monde du bonsaï, des arbres mis en valeur grâce à leurs pots. Lors des expositions, la plante d’accompagnement appelée shitakusa est aussi présentée dans un pot, coloré ou non, avec des formes et des styles diversifiés, très libres.

Un voyage au Japon, découverte de l’Asie, des pépinières de bonsaï, des rizières, de l’ikebana, les jardins de mousses, m’a beaucoup influencée.

J’aime le raffinement dans la simplicité, l’élégance rustique sans sophistication « wabi sabi ».

Avec la nature, évoluant selon les saisons, la mer, les roches, les volcans… Cette magnifique source d’inspiration évoluant avec les saisons, guide aussi mon travail.

 

... Pour mes créations

 

Depuis 2012, je réalise des objets du quotidien, pièces uniques ou petites séries.

Je cherche des formes simples, épurées, faciles à vivre.

Mon travail a toujours été basé sur le jeu des couleurs, maintenant j’associe les couleurs d’émaux composés et sélectionnés à l’atelier pour donner un esprit à mes différentes lignes. J’utilise plusieurs grès, blancs ou noirs, parfois chamottés, mais aussi de la porcelaine.

Au-delà des arts de la table (assiettes, plats, tasses), je propose aussi des pots à bonsaï, des pots pour les plantes d’accompagnement (shitakusa, kusamono) et des vases.

Je réalise mes pièces au tour, à l’estampage et à la plaque. J’ai un four électrique, je fais la première cuisson « le dégourdi » vers 980°C, puis la seconde avec les émaux à 1250°C environ.

J’ai fait mien l’état d’esprit « Wabi Sabi » : je sais aujourd’hui accepter « les cadeaux du feu », les surprises de la cuisson, ces petites imperfections que l’on n’a pas désirées mais qui finalement apportent une singularité et rendent l’objet exceptionnel. J’aime le contact avec la terre, le jeu des formes et celui des couleurs avec les émaux. J’aime partager le fruit de mon travail avec les autres, savoir qu’ils utilisent un de mes bol, une assiette, un vase, me dire que j’apporte un peu de rêve dans leur quotidien.

Mes céramiques ne doivent pas seulement être belles mais doivent aussi émouvoir par le toucher ; la tasse à café rugueuse dans la main et douce aux lèvres donne une perception du gout différente: une expérience sensorielle intime.


Je veux que mes céramiques rendent la vie de tous les jours plus belle, dans chacune les formes et les couleurs sont uniques, faites à la main les petites imperfections donnent un supplément d'âme.

 


 

Petit Glossaire Céramique

Four à bois Anagama

Fours couchés semi enterré réalisé avec des briques et de l’argile dans lesquels le tirage est horizontal ou oblique à flamme directe. Les flammes traversent l'empilage des pièces à cuire avant de s'échapper par une cheminée, le four crache des flammes comme un dragon. Originaire de chine ils sont adaptés au Japon dès le 5 ième siècle. Les cendres riches en oxyde se déposent sur les pièces en glaçures.

Ikebana

C’est l’art japonais d’arranger des fleurs dans un vase « Dans l’ikebana la théorie n’est pas tout. L’ikebana c’est surtout savoir observer les plantes et savoir les approcher. À leur contact une conversation intime se noue. L’ikebana enseigne ce langage et permet à chacun de devenir artiste avec une branche. »

Kizashi, École Shinenshu Kusamono-Shitakusa

Ce sont deux termes japonais, qui se traduisent littéralement par chose d’herbes et herbe en dessous. (kusa=herbe, mono=objet ou chose et shita=en dessous). Ce sont des plantes d’accompagnement utilisées seules ou pour la présentation des bonsaï lors les expositions.

Grès

Les terres à grès sont des argiles secondaires ou sédimentaires, plastiques et à forte teneur en silice, appelées argiles grésantes, et dont la vitrification s’effectue environ de 1 200 °C à 1 300 °C.

Porcelaine

C’est une céramique fine et translucide produite à partir du kaolin par cuisson à 1 300 °C.